Accéder au contenu principal

et il y a l’Autre...


Une langue mentale… à vous la délier !
« Un roman d’amour noir » est-il écrit sur la quatrième de couverture, tant il est vrai après lecture, que ce texte l’est, sombre. Et que l’amour y est non seulement tordu mais aussi sacrément malade ! Cependant oui, l’amour est là à chaque page, mais comme craché par l’auteure. A sa manière bien particulière, Violaine Bérot nous livre sa version de l’enfant sauvage, l’innocence claquemurée. Violentée. C’est une prouesse qu’elle réussit, de glacer de bout en bout, d’oppresser, en entrant non pas avec une plume mais un scalpel dans la tête de ses personnages. Il y a là Titou, l’enfant adoré et il y a l’Autre, le frère, appelé aussi l’Ahuri, c’est tout dire. Il y a leur mère que l’on plaint et que l’on maudit. Il y a aussi une gamine, Betty, des élastiques de couleurs au bout de ses nattes et dès qu’elle bouge la tête cette fille c’est un arc-en-ciel. Tour à tour les voix des protagonistes s’élèvent composant un choeur tragique, au dénouement aussi implacable qu’inéluctable.
Livre après livre, on découvre un écrivain qui impose sa voix, réinventant dans Pas moins que lui Ulysse redevenu un presque jeune homme devant une Pénélope retrouvée, ou nous donnant à écouter celle d’une petite fille sacrifiée à l’autel de l’amour – plutôt du malamour – parental dans des Des mots jamais dits. Et dans Nue sous la lune, le plus récent des romans de l’auteure, paru en ce début d’année aux éditions Buchet Chastel, on est avec une femme d’autant plus abusée qu’elle s’abuse elle-même. En déliant les langues mentales qu’elle invente – et certainement elles la prolongent – Violaine Bérot nous fait entendre bien des silences.

Sur ce site dont il est difficile de se détacher, on peut lire une interview de Violaine. Pour prolonger le plaisir de cheminer avec cet écrivain loin des sentiers battus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

De Charybde en Lira

Rendez-vous est pris le 15 mars, à partir de 19 h 30, avec les éditions Antidata, L'Atelier de l'agneau, Le Chemin de fer et Lunatique pour une soirée de la nouvelle à la librairie Charybde.




Chaque éditeur sera escorté par un ou plusieurs auteurs de nouvelles afin de défendre ce « mauvais genre » littéraire.
Aux côtés de Lunatique, il y aura Perrine Le Querrec pour Têtes blondes, et deux nouveaux venus dans la maison :
Corine Pourtau, qui présentera Pour que demain vienne
et Antonin Crenn, qui nous fera un cours (un court ?) sur la Passerage des décombres.
Nous n'oublierons pas d'évoquer Une Librairie en pays hostile, de Michaël Uras, qui paraît le même jour : 14 mars.

Séguedille, in Pour que demain vienne, Corine PourtauQuand elle entre dans le passage, la grande horloge murale au-dessus du magasin de miniatures pour maisons de poupées l’accueille, comme depuis un quart de siècle à présent, immuablement surmontée de son 1846, dont elle se demande encore ce qu’il commémore. …

Pourquoi cette vie de chien ?

 (nouveau) Teaser de Vie de chienSpectacleTexte et mise en scène :Thierry MoralIllustrations :Bertrand ArnouldRéalisation du teaser : Antoine ChartierDécor : T. LyoenLumières : F. FrémyPhotos : Adelk PhotographieConseils artistiques : B. Delvalle & G. DumontCie In Illo Tempore

Livre : Éditions Lunatique

« Merci de ne pas me prendre pour le débile de service. »

L’Ange gardien, de Raymond Penblanc, ne pouvait que séduire Les Corps célestes...
L’Ange gardienpublié par les éditions Lunatique en 2017, ouvre un espace singulier, celui que l’on trouve dans un passage de l’Histoire lausiaque de Palladius relatant la vie d’une sainte qu’on appelle salê. Salê est « l’idiote » du monastère des femmes Tabennésiotes. Elle fait le ménage pour la communauté, tout le monde la méprise mais elle finit par être reconnue pour sa très grande piété. C’est aussi la figure de Matriona Vassiliévna (dans La maison de Matriona de V. Soljénistsyne), cette femme russe qui, alors qu’elle vit dans une extrême misère, ne peut s’empêcher de faire don de soi, à tel point qu’on la prend pour une idiote et qu’on abuse de sa générosité. Les petites gens, ceux qui rasent les murs et s’excuseraient presque d’exister, sont d’autant plus humiliés qu’ils sont volontiers au service des autres. Ce faisant, ils créent l’équilibre général : pour que la communauté soit liée, il en faut u…