Accéder au contenu principal

« La vie qui galope à perdre haleine »

« J’avais déjà été séduit par le premier roman de cet auteur [Philippe Vourch], Les genoux écorchés, donc, je n’ai pas hésité à acheter le second roman [La Mort embrasse mal] que je viens de terminer. Une très belle histoire, une fois encore, l’histoire d’un gosse qui entre au collège et tombe amoureux d’une gamine de sa classe atteinte d’une leucémie. J’avais un peu peur de tomber dans le sombre et le larmoyant, mais c’est tout le contraire. Une histoire d’amour entre deux gosses qui découvrent leurs premiers émois. C’est un roman tout en couleur pastel et en douceur, un roman avec les copains et les conneries de l’enfance, les gestes maladroits quand on embrasse une fille pour la première fois. C’est juste Quentin et Lilly qui s’aiment d’un amour tout neuf et pour qui la mort reste quelque chose d’incompréhensible, de lointain, de surréaliste malgré le mal dont souffre Lilly. Ce roman ne parle pas de la mort, mais de la vie. La vie qui galope à perdre haleine. Séduit. »
C'est signé Tom, et ça fait rudement plaisir à lire.

Elle éclate de rire, et me coule un regard en coin, la commissure droite de ses lèvres relevée. Là naît, puis éclate une petite bulle de gomme.
« Je blague. C’est pour rire. Ne t’inquiète pas, je sais pourquoi t’es comme ça. »
Elle attend quelques secondes, forte de son effet.
« T’es amoureux de moi ! » 
J’ai immédiatement l’impression que mon corps se vide de son sang. 
« Je le sais, depuis le début. T’arrêtes pas de me regarder en classe, dans la cour, même quand t’es avec tes copains. Et quand tu me trouves pas tout de suite, je vois tes yeux s’écarquiller et se mettre à fonctionner comme des radars. »
Elle applique ses mains devant ses yeux, ouvre et ferme les doigts en imitant le bruit d’un appareil électronique, tout en pivotant la tête, droite-gauche-droite.
Je baisse les yeux. Et c’est bien la première fois que je le fais face à quelqu’un d’autre que mes parents. Je ne suis plus une hirondelle, mais une souris qui cherche à se planquer sous un siège du car. J’ai remarqué qu’elle a peint ses ongles d’une même couleur, sauf ceux des pouces, qui sont vert fluo.
« T’es tout rouge. Tu sais, ça me dérange pas que tu sois mon amoureux. J’en ai pas. »
Lilly me dit ça comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Elle a raison, bien sûr.
« Alors, t’es d’accord ?
− Sais pas, faut que je réfléchisse. »
pp. 113/115

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

De Charybde en Lira

Rendez-vous est pris le 15 mars, à partir de 19 h 30, avec les éditions Antidata, L'Atelier de l'agneau, Le Chemin de fer et Lunatique pour une soirée de la nouvelle à la librairie Charybde.




Chaque éditeur sera escorté par un ou plusieurs auteurs de nouvelles afin de défendre ce « mauvais genre » littéraire.
Aux côtés de Lunatique, il y aura Perrine Le Querrec pour Têtes blondes, et deux nouveaux venus dans la maison :
Corine Pourtau, qui présentera Pour que demain vienne
et Antonin Crenn, qui nous fera un cours (un court ?) sur la Passerage des décombres.
Nous n'oublierons pas d'évoquer Une Librairie en pays hostile, de Michaël Uras, qui paraît le même jour : 14 mars.

Séguedille, in Pour que demain vienne, Corine PourtauQuand elle entre dans le passage, la grande horloge murale au-dessus du magasin de miniatures pour maisons de poupées l’accueille, comme depuis un quart de siècle à présent, immuablement surmontée de son 1846, dont elle se demande encore ce qu’il commémore. …

Pourquoi cette vie de chien ?

 (nouveau) Teaser de Vie de chienSpectacleTexte et mise en scène :Thierry MoralIllustrations :Bertrand ArnouldRéalisation du teaser : Antoine ChartierDécor : T. LyoenLumières : F. FrémyPhotos : Adelk PhotographieConseils artistiques : B. Delvalle & G. DumontCie In Illo Tempore

Livre : Éditions Lunatique

« Merci de ne pas me prendre pour le débile de service. »

L’Ange gardien, de Raymond Penblanc, ne pouvait que séduire Les Corps célestes...
L’Ange gardienpublié par les éditions Lunatique en 2017, ouvre un espace singulier, celui que l’on trouve dans un passage de l’Histoire lausiaque de Palladius relatant la vie d’une sainte qu’on appelle salê. Salê est « l’idiote » du monastère des femmes Tabennésiotes. Elle fait le ménage pour la communauté, tout le monde la méprise mais elle finit par être reconnue pour sa très grande piété. C’est aussi la figure de Matriona Vassiliévna (dans La maison de Matriona de V. Soljénistsyne), cette femme russe qui, alors qu’elle vit dans une extrême misère, ne peut s’empêcher de faire don de soi, à tel point qu’on la prend pour une idiote et qu’on abuse de sa générosité. Les petites gens, ceux qui rasent les murs et s’excuseraient presque d’exister, sont d’autant plus humiliés qu’ils sont volontiers au service des autres. Ce faisant, ils créent l’équilibre général : pour que la communauté soit liée, il en faut u…