Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du octobre, 2015

Loos in my mind

Alors que se déroulera la 6e et dernière édition de Nouvelles en musique à Bures-sur-Yvette, Thierry Moral défendra – entre autres maisons d'édition – Lunatique au Salon du livre de Loos, sa ville. À quelques stands de là vous pourrez croiser Denis Albot, l'auteur d'Indépendance, la nouvelle arrivée première du concours lancé il y a un an maintenant par Christophe Sueur de RadioPlus Douvain.


Parions que Denis et Thierry auront beaucoup de choses à se dire, le premier ayant lu le second pour l'émission La Vie des livres :

«  Ma grand-mère ne comprenait pas la méchanceté. »

Le Collège de Buchy : « Je ne savais plus qui habitait mon corps ni qui vivait ma vie. »

Dans la campagne normande vit un « troupeau de bêtes féroces ».Inspiré d'une réalité violente et douloureuse, Le Collège de Buchy est un récit extrêmement dérangeant, âpre et sans concession. Il raconte le calvaire d'un jeune garçon, victime de harcèlement pendant sa scolarité, notamment lors de son entrée en sixième.« Un coup dans l'estomac pour le plaisir de me voir fondre en larmes. »Devenu adulte et père, le narrateur se souvient, avec une précision aigue des brimades verbales autant que physiques des élèves de la classe, de l'insupportable indifférence des enseignants à l'exception du professeur de musique ; ressasse sa souffrance et exprime sa soif de vengeance, sa haine vivace aujourd'hui encore.Sans volonté d'atténuer ni d'oublier, le narrateur livre avec brutalité la cruauté des uns et des autres (tous nommés) à son égard, le supplice des intercours, du traj…

« On regarde droit devant. »

On regarde droit devant. La route qu’on détricote. Route grise bordée de mer. Route grise, cloques de soleil, cloques de goudron. La mer et les rochers. Mer et pins. Pins et mimosas. D’ici 50 kilomètres, Else et moi nous changerons de place. D’ici 50 kilomètres, elle sera à côté de Primetime. Primetime pense Else secrètement amoureuse de lui. Else pense Primetime secrètement amoureux d’elle. Ils s’imaginent sillonnant ensemble les routes de la gloire, elle éternellement blonde et minijupe, lui éternellement blond et micro-paillettes. Ils vivent le même rêve sans le partager, sauf leurs cuisses qui se collent pendant un virage, leurs cheveux qui sympathisent pendant un coup de vent, leur show qui s’expérimente pendant les soirées emboîtées. Perrine Le Querrec, Têtes blondes, pp. 64/65

Recension de Cathy GarciaLa Cause littéraire
Perrine sera présente à L’Autre SALON, le salon des éditeurs indépendants. Vous pourrez la croiser sur le stand des Carnets du Dessert de Lune avant de la retrou…

Les premiers poètes 2016

Parce que c'est une belle idée, parce que Lunatique sera membre du jury, il n'est pas mauvais de rappeler le concours de poésie francophone pour les enfants de 7 à 12 ans, initié par la Boucherie littéraire.
Une jolie initiative à soutenir et faire prospérer dans les écoles.

Ça part en C7

L’Autre SALON ouvrira ses portes le vendredi 13 novembre pour ne les refermer que le dimanche 15 au soir. Entre-temps, Lunatique exposera romans, nouvelles et revue parmi 180 autres éditeurs indépendants, membres de l'associationL'Autre LIVRE. Alors, pour nous retrouver facilement, rien de tel qu'un bon plan :


Se succèderont à nos côtés Marlene Tissot, Saïd Mohamed, Marianne Desroziers, Benjamin Taïeb, Perrine Le Querrec, Pascal PratzLéna Ellka, et des auteurs du Cafard hérétique (ah bah oui, quand même !). Ne lésinons pas, mais lisons !

Seront présentés pour la première fois sur un salon les petits nouveaux : 
Une Nuit pour mon oncle, de Benjamin Taïeb
et Prête-moi ta plume, de Raymond Penblanc.

Bonnets rouges et chapeaux ronds à Carhaix

Une fois n'est pas coutume, pas de photos pour raviver le souvenir du salon du week-end dernier. Dommage, parce que la lumière était magnifique et la petite ville de Carhaix, avec ses maison en pierre et volets bleus, ne manque pas de charme. Mais, que faire face à l’obstination d’une batterie vide ?

Sinon, cette 26e édition du Salon du livre en Bretagne ? Eh bien, que de fierté à saluer les habitués en se sentant pour un bref instant l'un des leurs ! Que de plaisir, aussi, à passer deux jours parmi des maisons d'édition à découvrir, à lire et à aimer ! Et que de bonheur, enfin, quand des personnes accourent vers le stand, pointent du doigt les livres achetés un an plus tôt et attendent d'être conseillées pour de nouvelles sensations fortes.Il y eut l'écrasante chaleur, le brouhaha dans une langue inconnue – honte, honte de dire encore « crêpe » pour ce qu'il est convenu d'appeler « galette »– ; mais surtout des discussions passionnées et beaucoup de rires e…

Le Cafard numérique

Le Cafard hérétique est désormais disponible sur Scopalto !
Vous pourrez télécharger tous les numéros très bientôt. Pour patienter, vous pouvez toujours découvrir le tout dernier numéro : http://www.scopalto.com/le-cafard-heretique/7/mike-kasprzak

Le chemin de Sainte-Croix-de-Buchy

On se souvient de l'annulation à la dernière minute de la séance de dédicaces qui devait se tenir à Buchy.Fort heureusement, conscients de la qualité littéraire de l'ouvrage et de l'importance malheureusement toujours d'actualité du problème de fond – le harcèlement scolaire –, certains médiateurs du livre se sont proposés d'offrir à Jérémie Lefebvre l'occasion de s'exprimer et de s'expliquer sur le choix d'un sujet violent et douloureux, et d'une écriture désespérément sombre, tristement ricanante, pour l'évoquer.
Un ouvrage [Le Collège de Buchy] unanimement salué par la critique, conspué par tout un village. Cette rencontre à la bibliothèque de Sainte-Croix-de-Buchy, le samedi 14 novembre à 10 heures, sera sans doute l’occasion de savoir pourquoi.

Carhaix-ment à l'ouest

Le Festival du Livre en Bretagne se déroule chaque année le dernier weekend d’octobre à Carhaix. Cette manifestation s’adresse aux maisons d’édition situées sur l’un des 5 départements bretons. Chaque année la majorité des éditeurs bretons sont présents (une centaine) et profite de l’événement pour présenter leurs dernières parutions. Près de 300 auteurs sont ainsi présents sur les stands pour dédicacer leurs ouvrages.
Les éditions Lunatique étaleront les 40 et plus titres composant désormais le catalogue, ainsi que les premiers numéros de la revue d’expression littéraire Le Cafard hérétique.
Des auteurs bretons (pas tous, mais quand même), des histoires prenant place dans des décors bretons (pas que, mais quand même), et un siège en Bretagne (en pays gallo, OK, mais la Bretagne quand même) sont autant de bonnes raisons pour Lunatique pour passer ce dernier week-end d’octobre à Carhaix.

« Abus, abandon, aliénation, agression, dépression, démence, isolement, paranoïa, peur, violences psychologiques, physiques et ce jusqu’à ce que mort s’ensuive… »

« Abus, abandon, aliénation, agression, dépression, démence, isolement, paranoïa, peur, violences psychologiques, physiques et ce jusqu’à ce que mort s’ensuive… On retrouve dans ce recueil de nouvelles [Têtes blondes], au titre faussement léger, les thématiques qui travaillent au corps à corps Perrine Le Querrec, la vase dans laquelle sa plume va puiser. »Cathy Garcia persiste et signe cette recension sur sistoeurs.net.

« Tout le texte, du début à la fin, est noir, sans concession, d’une âpreté et d’une cruauté rares. »

J’ai évoqué récemment les difficultés qu’avait éprouvées Jérémie Lefebvre avec son livre Le Collège de Buchy (éditions Lunatique). Je connaissais le contexte, pas le livre, je l’ai lu depuis. La trame est simple, en apparence : un jeune garçon, élevé par sa grand-mère, est brutalisé et persécuté par les gamins du collège d’une bourgade normande, Buchy. Fervent chrétien, il tente de répondre à la violence et aux humiliations par le pardon. Il a du mal. La fin du livre donne sur la vie de cet enfant et sur sa famille un éclairage particulier, qui ne fait que rendre plus violent ce qu’il vit. Tout le texte, du début à la fin, est noir, sans concession, d’une âpreté et d’une cruauté rares. Je n’en donnerai que quelques extraits des toutes premières pages, qui me semblent suffire à en faire sentir l’ambiance.
« Un jour, je suis entré en sixième au collège de Buchy. Il s’est alors mis à pleuvoir sans discontinuer sur toute la Seine-Maritime, la lumière s’est figée dans un crépuscule permanen…

« Et, pourtant rien de comparable. »

« Kaléidoscope humain, douceur, volupté des mots immergent le lecteur dans un quotidien digne de la chronique journalistique des faits divers. Et, pourtant rien de comparable. [...]
Une belle leçon d’écriture savoureuse, poétique et lumineuse. »Chronique littéraire du CRL de Poitou-Charentes

Des lectures à haute voix et en musique

Nouvelles en musique 2015 : C'est parti !
La 6e édition de « Nouvelles en Musique » aura lieu le samedi 28 novembre 2015, de 10h à 19h sans interruption. Date facile à retenir : dernier samedi du mois de novembre. :-).Entrée libre et gratuite. (Pléonasme qui présente l'avantage d'être clair.)Programmation en cours. Ce que l'on sait, c'est que Lunatique en sera, hé, hé, hé !Liste des éditeurs présents
Fondé et organisé par l’association Parlons Nouvelles en Vallée de Chevreuse, ce salon du livre a pour vocation de mieux faire connaître du grand public le genre littéraire qu’est la Nouvelle.Au fil des différentes éditions, Georges-Olivier Châteaureynaud, Annie Saumont, Hubert Haddad, Jean-Marie Blas de Roblès, Eric Holder se succèdent. Le parrain de l’édition 2015 sera Eric Faye.Le Salon « Nouvelles en Musique » présente deux particularités : des lectures à haute voix et en musique de nouvelles des auteurs invités, des rencontres auteurs - scolaires, auteurs – public.E…

«  Olivia Case ouvre les yeux »

Olivia Case ouvre les yeux, précipite sa main au travers du lit et vérifie que son mari est bien là, à sa place ; puis elle se lève d’un bond, traverse le couloir, écoute à la porte de son fils, entrebâille celle de sa fille. Une petite tente se dresse au centre de la chambre d’Alice, minuscule pyramide de lin qu’Olivia a construite avec sa fille en suivant les plans offerts par l’association Vivre sans maison. Pour Alice, c’est un moyen simple de s’habituer à vivre dans l’exiguïté, de dormir dans le froid et l’inconfort, la toile collée au corps.
Têtes blondes,Perrine Le Querrec, p. 53

«  Fracturer la porte-fenêtre se révéla un jeu d’enfant. »

C’était dans la banlieue, à l’ouest de Paris, aux heures ténébreuses d’une profonde nuit, dans un quartier résidentiel, avec des villas cossues entourées de parcs arborés. Il avait aisément franchi la grille d’une propriété choisie au cours de ses repérages, puis s’était approché de la maison en restant à l’abri des frondaisons. Fracturer la porte-fenêtre se révéla un jeu d’enfant. Une fois dans les lieux, il avait balayé avec sa lampe-torche les recoins stratégiques afin de s’assurer qu’il n’y avait pas de détecteur de mouvement ; il visita toutes les pièces, méthodiquement. C’est ainsi qu’il avait trouvé la statuette de Bouddha, dans une bibliothèque tapissée de brocart, à l’étage. Après l’avoir glissée dans son sac à dos, il avait posé à sa place un bristol, comme à son habitude.Par la suite, il n’avait jamais pu se séparer de cet objet dont la fine ciselure au poinçon, ainsi que la qualité de la patine, en faisaient une oeuvre d’art d’une exceptionnelle beauté.

La Grande Dame, Cl…

Rencontre improbable entre un cafard, un âne et un lapin. Mais pas que.

Le week-end dernier se tenait à l'Espace des Blancs-Manteaux (Paris) le Salon de la revue, orchestré avec maestria par Ent'Revues. Un salon un brin différent de ceux auxquels Lunatique habituellement participe. Des auteurs du Cafard hérétique se sont succédé sur le stand : Christophe Bregaint, Gabrielle Jarzynski, Tom Buron, Le Mec de l'underground, Stéphane Chaumet et Yan Kouton qui tous ont publié dans le dernier numéro de la revue (sept. 2015). Merci à eux pour leur présence amicale.

Ce salon fut aussi l’occasion de belles découvertes, comme la revue Quelle heure est-il ? , Sigila, Les Papiers nickelés, et de joyeuses retrouvailles comme avec les revues Brèves ou Kanyar.
Album souvenir :
Installation du stand
Un nouveau copain ? Merci, Arab.
Une partie de la fine équipe : Gabrielle, Heineken, Tom & Yan
Christophe, Heineken, Tom & Stéphane