Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2014

Quartier des femmes

Membre de l'ADAN, Thierry Moral n'hésite pas une seconde dès que se présente l'opportunité d'intervenir en prison pour y faire une lecture de morceaux choisis de Fred Loram.
Il y a peu, il est allé à la rencontre d'une poignée de détenues de la prison de Sequedin. C'est son coéquipier, Jean-François Zimmermann, qui a rédigé le compte rendu, joliment troussé, avec en sus une belle réflexion sur ces actions, leur intérêt et leurs possibles conséquences.
« Thierry Moral choisit de s’appuyer sur son livre Fred Loram pour lancer le débat. De sa voix de conteur, colorée d’images et frémissante d’inflexions poétiques, il provoque à volonté rires et exclamations à la lecture d’un passage de son ouvrage. »
Bravo et merci pour ces actions !

Indés, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix et onze titres !

La Voie des Indés reprend du service pour la troisième année consécutive, et cette fois Lunatique en est !

La Voie des Indés ?C’est la rentrée littéraire avant l’heure. Rentrée littéraire alternative, sur la toile et dans les lieux du livre (librairies, bibliothèques) du 18 août au 15 décembre.
«  Nous savons que la rentrée littéraire, si elle constitue un moment exceptionnellement riche, passe sous silence un certain nombre de titres et de maisons d’édition qui ne disposent pas des moyens médiatiques des grands groupes. Pour y remédier autant que possible, nous avons souhaité attirer l’attention de toutes les voix de prescription (lecteurs, bibliothécaires, libraires et journalistes) sur les nouveautés de 80 éditeurs indépendants francophones. Chroniques de lecture sur Libfly, le site dédié (qui sera inauguré fin août) et le journal Mediapart, tables thématiques, sélections et rencontres dans les lieux du livre jusqu’au 15 décembre… La Voie des indés souhaite démontrer la complémentari…

« Avec sa petite mémoire, Adrien faisait des nœuds entrelacés de mélancolie »

Et c’est assurément ce qu’a fait la chroniqueuse de BSC News pour, près de deux ans plus tard, rendre sa copie à propos d’Adrien de la vallée de Thurroch. Le devoir de mémoire ?Qu’importe le temps, pourvu qu’on ait le texte !

«  « Avec sa petite mémoire, Adrien faisait des nœuds entrelacés de mélancolie, il remontait ses souvenirs du fond du puits. Sur l'onde de l'eau du petit seau, il revoyait dériver son enfance qui se cognait sur les côtés »
Les livres des éditions Lunatique sont de petites gourmandises que l'on déguste, bien plus qu'on ne les lit. On y trouve toujours cette atmosphère bien particulière, mélange de violence et de tendresse, de douce poésie et de réalité brutale, d'ombres étouffantes et d'étincelles de clarté. De véritables ovnis littéraires qui vous collent à l'âme, capables de susciter toute la palette des émotions, à l'exception de l’indifférence.Adrien de la vallée de Thurroch ne déroge pas à la règle, loin de là !Derrière ce titre …

‪@UnLivreParJour(dana)

‪@UnLivreParJour : Un choix subjectif de livres parus récemment, proposé par Pascal Jourdana et La Marelle.
Hier, c’était au tour de Bref Séjour chez les morts, de Raymond Penblanc d’être mis à l’honneur.


«  Thierry Moral ne déçoit jamais. »

Fanfan Chat blanc ne se passionne pas seulement pour la peinture, elle est aussi une fidèle lectrice Lunatique.« Une couverture éloquente et des mots qui dévoilent un voyage intérieur que nous livre un enfant spécial en compagnie de ses amis-objets à l'abri d'un placard secret... J'ai aimé et j'ai ressenti profondément son isolement. Ses réflexions m'ont emmenée fort loin dans le temps.Thierry Moral ne déçoit jamais.Merci. »
C’est nous qui remercions Fanfan Chat blanc pour ces mots posés avec autant de délicatesse que de justesse sur Phare intérieur.

La parole décomplexée

« J'attendais avec impatience cette sortie aux éditions Lunatique. J'avais connaissance du principe, normal c'est dans le titre. Je savais que l’auteur [Benjamin Taïeb] erre dans les sphères du théâtre contemporain et de la parole décomplexée. Ravi ! Plutôt emporté. Oui, je me suis laissé emporter par ce flot de paroles. Le fœtus parle sans point. Normal il ne manque pas d'air, mais se nourrit de liquide. Tout est fluide dans ce roman-monologue-photographie de plusieurs instants T qu'il vit sans voir par de-là la paroi du ventre de sa maman. La langue est acerbe. Le fœtus ne réagit qu'à l'instinct. Il juge, il tranche, il se moque, il raille, il démonte, il prend partie. Une petite graine (mauvaise ou pas à vous de juger) qui contient pourtant tout ce qui fait de nous des êtres humains. À découvrir ! »
À lire sur Libfly

«  C’est comme ça... »

« Deuxième découverte de l'auteur Raymond Penblanc. En peu de mots, peu de pages, la collection 36e Deux Sous des éditions Lunatique nous emmène dans un univers, une narration très personnelle. L'auteur excelle dans l'art de la concision qu'exige la nouvelle. Cela n'exclue pas liberté, description, divagation, ellipse, non. Le pitch ? À 5 ans, le narrateur se fait enfoncer un stylo dans l'œil. Comme ça... Et après ? Vivre avec. Vivre sa vie d'enfant, d'adolescent. Vivre ses rêves : scruter les étoiles, draguer une fille, piloter une auto-tamponneuse... Sauf que les dures règles de la violence adolescente restent les mêmes pour tous. Certes on pourrait situer l'action dans un autre temps, un temps d'avant bien sûr (sans doute), et pourtant cet autre temps fait toujours partie de notre temps, celui où un mouvement de trop, un sourire de trop ou un petit rien peut faire éclater la violence. Comme ça... Comme disait Guillaume Guéraud dans Je mourrai…

Bref Séjour chez Raymond

« Qui dit nouvelle parution des éditions Lunatique, dit découverte d'un univers authentique. En 4e de couv' on apprend qu'à sa 10e année Raymond Penblanc a revisité les trois mousquetaires, plagié Chateaubriand dans sa quinzième, pillé Rimbaud dans sa seizième. Aujourd’hui, il nous plonge dans ce court récit surprenant très personnel. La langue est soignée, précise et le propos saisissant. Un homme plonge peu à peu dans la paralysie ? Son corps devient de la pierre... Souffrance, immobilité, incompréhension, peur, choc des croyances, sa naïveté ou sa clairvoyance (allez savoir) sont mises à l'épreuve. Nous passons par toutes les émotions du narrateur, ressentons toutes ses sensations, ses contradictions dans l'espoir de pouvoir bouger de nouveau, ou du moins contempler la neige tomber. Une expérience à lire. »
À lire sur Libfly

Les Mandra’gare aux secousses

Journal culturel rennais, Les Mandragores ont lu et plus ou moins apprécié les nouveautés Lunatique. C'est la règle du jeu et la revendication de Lunatique que de faire grincer des dents.Ont été passés à la moulinette Journal d'un fœtus, de Benjamin Taïeb, et Bref Séjour chez les morts, de Raymond Penblanc, et il en ressort que... l’on ne peut pas plaire à tout le monde !La critique de Journal d'un fœtus se trouve ici, et celle de Bref Séjour chez les morts.Remercions tout de même les pauvres « critiques » qui ont subi ces ouvrages jusqu’au bout (du moins pouvons-nous l’espérer), pour rendre ce jour leur papier.
Autre lecteur, autre regard, autre propos dans lequel nous reconnaissons davantage ce qui nous a motivés dans nos choix éditoriaux :

« Lu Journal d'un fœtus, très savant et désenchanté (on le serait à moins). »
«  Lu Raymond Penblanc avec le café... Noir, avec une pointe de sucre : le moment propice.Ce serait chouette de faire un recueil entier de nouvelles de c…

Météo boulot dodo

Le 8e Salon des éditeurs indépendants du Quartier Latin se déroulait dans un lieu mythique de Paris, le Lycée Henri-IV. Et tous les auteurs et exposants présents peuvent maintenant se vanter d'y être allés !

Il n’y avait pas que les bâtiments d’admirables, sur les stands, alignés sous les arcades, s'empilaient des livres et des livres, des grands, des petits, des avec plein de pages, d’autres avec plein d’images, pour tous les goûts, pour tous les âges.
Éditions du Non-Agir & Amalia Diffusion
Synchronique éditions
Aux Forges de Vulcain
Le Nouvel Athanor
Lunatique était là, affichant fièrement ses couleurs...