«  l’espoir d’avoir un bureau pour moi tout seul, avec une porte et une clef »

« À dix huit ans, mon placard, c’est une chambre de neuf mètres carrés en résidence universitaire. C’est bien. Petit mais bruyant. Mon trou d’origine n’a pas de fac. Comme je dois y aller, à la fac, vu que j’ai le bac, mes vieux me louent neuf mètres carrés sur la côte, là où l’infini me nargue. Je m’en fous, je reste cloîtré. J’installe mon musée des objets intérieurs en exposition permanente. Plus besoin de les cacher.
Je choisis les concours administratifs. La voie de garage, disent certains. J’y vois l’espoir d’avoir un bureau pour moi tout seul, avec une porte et une clef. Pour cela, il faut être chef. Alors je lis des livres. »

p. 17

Découvrez ici d'autres extraits de Phare intérieurde Thierry Moral.

Commentaires

Articles les plus consultés